Les cookies nous aident à offrir nos services. En utilisant ce site, vous autorisez l'utilisation des cookies. Aucune donnée personnelle n'est enregistrée. Pour en savoir plus.

A propos de CP / Histoire / Historique : des décennies d'innovation

Historique : des décennies d'innovation

Chicago Pneumatic est un nom reconnu dans le secteur des outils pneumatiques et dont l'histoire remonte jusqu'en 1889.

Historique.jpg
John W. Duntley a eu l'idée d'approvisionner et de vendre des outils de construction « qui n'étaient pas encore disponibles ». En 1894, il fonde la Chicago Pneumatic Tool Company, avec un bureau à Chicago. La première usine à fabriquer des produits spécifiquement pour CP est Boyer Machine Shop à St. Louis, dans le Missouri. En 1901, John W. Duntley rencontre le magnat de l'acier, Charles M. Schwab, qui investit massivement dans la société. Le 28 décembre de cette même année, l'entreprise est constituée et le premier marteau pneumatique monovalve est breveté.

1904 est une année d'expansion pour CP. L'entreprise ouvre des bureaux en Angleterre, au Canada et en Allemagne, et développe de nouvelles lignes de produits tels que les outils pneumatiques et les marteaux perforateurs. En 1912, CP lance la production de moteurs semi-diesel à 2 temps horizontaux pour alimenter les compresseurs CP. Un an plus tard, CP perfectionne le clapet à Simplate qui élimine la commande de soupapes et offre davantage de capacité et de contrôle à des vitesses élevées.

En 1925, CP fabrique le moteur diesel Benz, utilisé à cette époque dans diverses courses automobiles en Europe. La même année, CP lance la fabrication d'équipements rotatifs de forage de puits de pétrole. En 1939, CP conçoit et fabrique la première clé à chocs au monde (en versions pneumatique et électrique).

En réponse à l'effort de guerre, CP développe la « machine à embrèvement à chaud », un dispositif qui chauffe les rivets jusqu'à 537 °C (1 000 °Fahrenheit) et utilise une pression de 6994 bars (100 000 psi) pour donner leur forme finale aux têtes de rivet.

Evolution de la visibilité de Chicago Pneumatic depuis 1904
  • En 1943, le Saturday Evening Post publie en couverture un dessin de Norman Rockwell représentant une ouvrière de la construction d'avions, Rosie la riveteuse, prenant son déjeuner avec un marteau à river CP sur les genoux. 
  • Les années 50 et 60 ont été marquées par de nombreuses recherches sur les performances. Les taillants CP établissent des records de profondeur avoisinants les 6 000 mètres (20 000 pieds) et sont utilisés dans la prospection pétrolière. En 1957, CP lance l'arrache broche portable pour les rivets sur les avions. Un moteur électrique Chicago Pneumatic participe à la mission spatiale américaine Apollo sur la lune. Ce moteur alimente une pompe qui gonfle trois sacs montés sur la capsule au moment de son entrée dans les eaux de l'océan Pacifique le 24 juillet 1969. Ces sacs servaient à s'assurer que la trappe de sortie était placée sur le dessus pour que les astronautes puissent l'ouvrir en toute sécurité. En 1969, CP lance le « CP728 », la première clé à cliquet à vitesses au monde, pour Ford Motor Company.
  • En 1970, la clé à chocs CP611 participe à la phase d'érection de la structure en acier du World Trade Center de New York. Vendues pendant des années sur les marchés industriels, les clés à chocs à couple de serrage CP apparaissent sur le marché automobile en 1970.
  • En 1987, Chicago Pneumatic intègre le conglomérat suédois Atlas Copco. Le nombre de nouveaux produits, tels que des tournevis, des outils d'assemblage et de nouvelles clés à cliquet, lancés au cours de l'année 1988 est supérieur à celui des années 70. Le logo actuel est conçu et adopté l'année d'après.
  • En 1990, l'AMA décerne la médaille d'argent à CP pour sa campagne publicitaire « 23 parts ». Cette annonce présente la manière dont 23 composants interchangeables permettent d'obtenir plus de 250 outils d'assemblage légers. La production de compacteurs et de groupes électrogènes portables débute en 1994.
  • 2007 marque l'inauguration d'un nouveau technocentre à Nantes, en France. En 2010, un nouveau design mondial qui reprend les couleurs de la marque — rouge et noir — est adopté.